je m'insurge

Publié le par mcarabas

Je fais (encore) une entaille à la déontologie de mon blog, mais tant pis.... je partage.....

Hier, j'étais avec une quarantaine de personnes de tous âges, que je ne connaissais pas ou très très peu, d'horizons différents et c'était très enrichissant.
Dans le courant de la journée, nous avons été appelés à nous présenter et à répondre à quelques brèves questions qui caractérisent notre vie....
Et là, j'ai constaté un truc.... en fait, je ne suis officièlement et statutairement RIEN.
Non, je ne pense pas l'être un seul instant, mais officièlement je ne suis RIEN.

Je ne veux pas du tout polémiquer, mais au final, n'EST que celui qui a une place officielle dans la société, un job, un revenu, voire un avenir professionnel. Bon, c'est pas nouveau, mais c'est toujours un peu irritant.

Comment en suis je arrivée là?

Tout simplement parce que nous n'étions "que" 3 mères au foyer à temps plein, à qui rien ne nous a été demandées. Comme si le fait d'avoir marqué "mère au foyer" sur notre fiche de renseignements suffisait à tout dire, résumé lapidaire laissant de marbre et indifférent, ne suscitant aucune curiosité...... et pire, à l'une d'entre nous, il a été demandée la profession de son époux.... ainsi, comme elle ne se réalisait dans un emploi, au moins, elle avait un statut grâce à son mari, quelque chose à dire quoi!!!!
C'est en tous cas comme ça que je l'ai analysé.

Comme je dois écrire une lettre à cet "intervenant", voilà l'idée que j'ai eu cette nuit pour me présenter et peut-être ainsi éveiller en lui la curiosité quand il rencontrera d'autres femmes qui ne sont QUE mères au foyer.
Je suis certaine en effet qu'il s'agit là plus de méconnaissance du sujet qu'autre chose.

voilà le début de ma prose :

Je suis à la direction d'une petite entreprise familiale à but non lucratif, fondée il y a un peu plus de onze ans et mes responsabilités sont variées. J'ai la charge de quatre personnes, aidée dans cette tâche par un co directeur aux responsabilités partagées et rarement au sein de l'entreprise en semaine.

En fonction de mes obligations, je suis en mission auprès de la petite enfance et pré adolescence, je suis aussi  comptable, diététicienne, pédagogue, secrétaire,  infirmière, gouvernante, ménagère, médiateur, juge ou avocate, cuisinière, jardinier, coursier, créateur "mode art et décoration" auto éditeur d'une publication informatisée, catéchiste, animatrice liturgique, écrivain, musicienne, mémorialiste, je suis responsable des relations extérieures et il m'arrive d'être organisatrice d'évènements.
Toutes ces tâches me sont dévolues par choix ou par obligations mais j'essaye chaque jour de les accomplir avec professionnalisme malgré toutes les embûches, imprévus, complications qui se produisent dans la journée, nécessitant une polyvalence et une organisation parfois éreintante.
Je me dois d'être d'une disponibilité H24, d'avoir le sens pratique  et je n'ai personne pour me suppléer au pied levé si j'ai un subit empêchement d'exercice.

Il est bien évidant que cela résume avec humour mon rôle de mère au foyer qui, malgré des tâches communes à toutes les mères du monde, me singularise aussi.
Ayant encore constaté que l'appellation de "mère au foyer" ne questionnait plus personne aujourd'hui, et  réduisait subitement à son évocation les sujets de discussions en bonne société ou encore nécessitait de décliner la profession d'un époux pour conférer un statut et disparaître derrière, je me suis dit qu'il était de mon devoir de lever le voile sur cette profession si ingrate et non rémunérée, si méconnue finalement, mais pourtant si fidèle....

J'arrête la mon "partage", la suite est très personnelle.....

Tout ceci peut-être aussi en écho à un article sur les blogs un peu niais (enfin, pour moi) et sur l'image de la mère au foyer tellement galvaudée.

ou encore, un jour, dans une mairie pour inscrire mes enfants à la cantine où j'appris que cette possibilité m'était définitivement fermée, tout simplement parce qu'étant mère au foyer "je n'avais que ça à faire" sic sic sic..... je suis sortie de la mairie avec l'impression d'être aussi valorisée qu'une serpillère..... sachant que, les mères au foyer font le régal des maîtresses pour leur disponibilité!!!!

ou même le jour où enceinte du second, un déménagement au septième mois de grossesse, des maux de dos horribles et des contractions, le certificat d'un médecin, il me fut répondu que je n'avais pas besoin d'aide ménagère par un médecin qui ne m'avait jamais vu mais qui donnait l'autorisation d'être aidée à par la caf  (mon aîné allait avoir deux ans).
Merci de votre aide et de votre reconnaissance, ô Pays que je sers de mon mieux.

bref.


Des fois, je me dis cyniquement que je finirai peut-être ma vie sous les ponts, une fois mon mari décédé, la maison vendue pour payer les frais de notaire et aucune retraite, ou le quart de la moitié du septième de mon feu mari. Mais je n'aurais aucun regret.
(recette aujourd'hui, où comment commencer la semaine sur un ton joyeux!!! allez, soyez certaine, je suis hyper joyeuse et pleine d'espérance!!!).

C'est vrai, j'oubliais, j'avais lu un jour que notre rôle était même un peu casse pieds pour l'Etat, car nous freinons le marché de l'emploi (bah voyons, en plus on est néfaste à la Société) en remplissant nous mêmes des tâches que d'autres pourraient faire à notre place, mais payées!!!!

Je ne l'ai toujours pas avalé cet article de presse!!!

Allez, je vous quitte, ma chaise longue, mon "Coin de rues images immondes" (revue "Point de vue images", pour rire!!!) et mon vernis à ongles m'attendent..... puisque je n'ai que ça à faire.....





Publié dans Patati et patata

Commenter cet article

patou 31/05/2006 13:50

je pense qu'il n'y a rien a rajouté lol tu a tout dit.je suis moi aussi femme au foyer depuis 20 ans et je ne le regrette pas j'ai 2 enfant que j'ai pu voir grandir et évoluer.bien qu'étant à la maison toute la journée,je n'ai pas assez de temps pour pouvoir faire tout ce dont j'ai envie, mais journée sont aussi remplie que si je travailler à l'exterieur.je connais beaucoup de femme qui aimerai avoir le choix de pouvoir resté chez elle, mais faute de revenu suffisant elle sont obliger de travailler.

MarquizdeCarabas 20/05/2006 07:37

Hélène, merci d'intervenir. Loin de moi de me reconnaître "plus que " celles qui cumulent. Justement, vous obtenez derechef toute la reconnaissance, voire plus, puisque vous cumulez les casquettes. Cela provoque en général l'admiration de tous et des "mais comment faites-vous?"surtout si vous avez une famille nombreuse.... et si cela vous confère tout le rôle capital et important de mère,bien entendu!, nous différons sur le "matériel", c'est à dire l'organisation, voire les aides! (personnelement, j'ai 4 enfants et je fais tout toute seule en dehors de la baby sitter quelques soirs dans l'année ou de quelques heures de halte garderie, je ne m'en plains pas même si j'avoue que j'aimerai avoir un coup de pouce pour le ménage et que je suis épuisée de tout faire en même temps et de jongler avec les imprévus et les impératifs, vu ma disponibilité).Nos emplois du temps sont forcéments différents et si votre foyer est bien évidemment le point référant de votre vie, vous n'y consacrez pas tout votre temps, par la force de choses, choisi ou non. A moins de n'avoir plus d'enfant en bas âge et d'avoir un mi temps plaqué sur les heures scolaires.Du reste, cela se voit sur la disponibilité, nous sommes, si j'osais, un peu "corvéables à merci" pour régler dans les heures qui suivent les problèmes qu'une maman qui travaille devrait reporter, n'ayant pas la possibilité de faire autrement!!Pourquoi certaines femmes préfèrent-eles travailler que de rester à la maison quand elles sont déjà 3 ou 4 enfants? Certaines m'ont avouée qu'elles.... fuyaient et qu'elles étaient moins fatiguées! gloupsPour reprendre la situation que j'ai "vécu" le we dernier source de mon post, là, grâce à votre travail vous devenez quelqu'un de véritablement acteur de la société!!! Votre interlocuteur vous questionnera en long et en large sur vos reponsabilités, vos compétences, vos challenges, vos réussites..... et passera à côté de ce que vous êtes d'abord et pour toujours, maman avec ses joies ses peines et ses opinions, goûts.... C'est tout ce que je voulais dire par là. C'est aussi pour ça que le combat pour la reconnaissance de la mère au foyer m'irrite, car nous ne dervrions pas avoir à combattre pour quoi que se soit!!! L'image de la mère au foyer est dénigrée car considérée comme ariérée, à côté de la plaque, aliénée, esclave, elle n'avance pas avec "son temps", c'est plus la mode..."faut évoluer enfin!!!" La mère au foyer serait-elle vintage? ahahahahahA contrario, je dirai aussi qu'il y a les extrêmes, ceux qui n'accepteront jamais qu'une maman travaille et loin d'être louée, elle se verra offrir un joli procès.... ce n'est pas mieux. Il n'y a pas de solution idéale, parfois pas de choix... Rappelons-nous juste qu'à partir du moment où l'on devient parent, il est naturel de chercher pour l'enfant ce qui l'équilibrera le mieux et là, chacun y porte sa réponse! Pour les notres, la réponse est claire, et pour moi, quelle joie d'être auprès d'eux, de profiter de ces moments qui passent si vite, jouer , discuter, les éveiller... Non, je n'accepterai pas de laisser cette possibilité à une nourrice!Je souhaite en tous cas, Hélène, avoir répondu à votre question....

19/05/2006 22:49

Je vais peut être être un peu à contre-courant mais que faites-vous de toutes ses femmes qui cumulent les 2 jobs: mère au foyer et activité profesionnelle ?? N'est-ce pas à elles que revient le mérite d'avoir élever leurs enfants tout en travaillant ?? Quand j'entend votre discours je me demande quelle est votre opinion à propos de ces femmes ?? Le travail de mère au foyer revient à toutes ... pourquoi faudrait-il vous reconnaitre plus qu'elles ??

MarquizdeCarabas 18/05/2006 07:18

tu as parfaitement raison sur toute la ligne (et au sujet des femmes qui travaillent, sans être féministe parce que ça, moi je ne m'y reconnais pas, le salaire est inférieur à un homme pour le même boulot..... et re-claque pour la femme! je crois que c'est vraiment là le TRUC qui m'énerve).au sujet du Mme Jean Paul Dupont, il s'agit là d'une pratique courante, d'un code érigé par le "savoir écrire, savoir vivre". Au delà de cette formule toute faite, on peut en effet se poser la question : mais pourquoi? Et pourquoi pas Madame Martine Dupont, tout simplement?.... Je crois là que c'est à chacune de demander à sa banque la formule qui lui convienne, aujourd'hui, certains usages élémentaires ont disparu (dire Bonjour, Merci, excusez-moi, tenir la porte, laisser passer) alors, cette formule...... Je t'avoue, moi, que ça ne me dérange pas d'être la Madame JP Dupont et même au contraire, j'en suis très heureuse!..... tant que je dépense l'argent sans avoir l'aval et l'autorisation de Monsieur!! héhéhéhé.A chacune de trouver sa place dans notre société afin de contribuer à la faire "grandir" sans être tout le temps jugée ou ignorée..... Je suis vraiment heureuse d'être là où je suis aujourd'hui et n'échangerai pas ma place, sauf raison terre à terre de survie alimentaire! Cela convient à toute la famille et nous y gagnons tous....et comme les vacances aux sports d'hiver,la location d'été, les vêtements de marques ont s'en fiche.... ça tombe bien pour nous! (sinon, se serait la faillite de notre entreprise!).Oui, nous faisons partie des principaux piliers de la Société et cela se sent bien quand notre pays fait les frais du déni d'éducation de certains parents, ou la répercution des drâmes familiaux sur les enfants (et je m'arrête là avant de glisser vers un autre débat! il y a tellement à dire)..... Etre parents, ce n'est pas si simple et au final, pas donné à tout le monde si certain "monde" refuse les responsabilités que ça implique et se défile.Se dire aussi qu'il faudrait s'unir pour se faire reconnaître, ça me désole, car nous sommes fondues dans cette société et pas un groupe de pression lambda qui cherche une reconnaissance légitime. Nous SOMMES !

Elise 18/05/2006 04:14

Quand on a connu la sensation de n'être quelqu'un que parce que l'on rapporte un salaire à la maison, on se sent très proche finalement de celles qui ont la sensation de n'être Rien car elles ne gagnent pas d'argent!La plupart des sociétés dites "primitives" avaient tout compris en chargeant les femmes d'élever les enfants tandis que les hommes allaient à la chasse et à la guerre. De tous temps, ce sont les femmes qui ont fait ce que les hommes sont devenus et derrière chaque "Grand Homme" de l'Histoire se cache généralement une FAF qui a eu un sacré rôle à jouer!Outre le sexisme et le manque de parité, notre société, par des détails qui passent parfois inaperçus a le talent de rayer purement et simplement l'identité de la femme en la privant même de son prénom :L'une de mes amies, qui a travaillé pendant plus de 35 ans et perçoit donc à ce titre une pension sur un compte en banque, m'a fait récemment un chèque car je m'étais chargée d'un achat collectif. Au moment de remplir mon bordereau, j'ai été stupéfaite de constater que le chèque portait la mention: Mme... (et ici figuraient le nom et le prénom de son mari !) Il ne s'agissait pas d'un compte joint et son mari a son compte personnel dans une autre banque ! Lorsque je lui en ai fait la remarque, ça n'a pas eu l'air de la chagriner ! J'ai vérifié des talons de chèques datant de l'époque où j'étais mariée et j'ai été rassurée de voir que c'est mon prénom qui y figure.Est-ce une pratique propre à sa banque ou est-ce répandu de nos jours ? Moi, je suis choquée par ce genre de pratique que je trouve sournoise !!!Ma grand-mère et ma mère ont travaillé jusqu'à la naissance de leur premier enfant et sont tout naturellement devenues FAF sans se sentir dévalorisées pour celà... Sauf cas exceptionnel, un bébé est mieux à sa maison avec sa Maman que dans une crèche même si un personnel hyper qualifié s'occupe de lui !Sauf cas exceptionnel, à deux ans, on est mieux avec sa Maman qu'à l'école (dite maternelle) où on doit partager la maîtresse avec plus de 20 autres enfants !Quand on a trois ans et qu'on commence à aller à l'école, on n'a pas forcément envie d'y aller tous les jours...Et quand on est enfant et que l'on a un bobo, petit ou gros, qu'y a-t-il de mieux qu'une Maman pour vous garder au chaud au lieu d'être trimballé chez la mamie ou la voisine parce qu'on n'est accepté ni à la crèche, ni à l'école !Laure, si on reconnaissait à la FAF, toutes les "casquettes" que tu as citées ,on permettrait à chacun de nos enfants de grandir dans le moule qui lui convient. Du coup, on ferait des tas d'économies d'enfants fatigués, ronchons, malades et mal dans leur peau...A qui profite tout ce gachis ?