de la véritable histoire du Roman de Renart

Publié le par mcarabas

Après avoir couru les plaines, connu mille tourments, la faim et le froid mais aussi mille belles aventures, Renart revint au pays ne sachant plus où aller.

Le sourire aux babines, riche de son expérience, il entra dans la ville et s'empressa d'aller saluer le Roi Noble.

Son absence avait fait beaucoup  de bruit. Partit sur un coup de tête, sur l'envie d'un défi, de prouver à ses proches qu'il était quelqu'un, il avait tout quitté.
Certains comme Thibert ou Tiécelin s'en réjouirent, d'autres comme son épouse Hermeline ou sa soeur Grymbart le pleurèrent.

Noble le reçu et écouta son récit. Renart n'était plus trop à l'aise et sa diction buttait. Cependant, il su intéresser son auditoire. A la fin, Noble trouvant son récit intéressant l'envoya à travers le pays conter ses aventures, afin que son expérience serve à d'autres.

Renart voulait témoigner de cette école de la vie, qu'il n'était plus le même, que son expérience l'avait changé, enrichi, qu'il avait un but dans la vie et qu' il ne fallait jamais désespérer.
Qu'en se donnant aux autres on se trouvait soi-même.

Au bout de quelques jours, de plusieures villes visitées, Renart sentit la fatigue le gagner et il s'assoupit sous un pommier.

Ysengrin passant par là, s'arrêta à la hauteur de Renart.

- et bien messire Renart, vous me semblez bien las!

Renart, qui cachait en fait sous sa fourrure la plus exquise des âmes fourbes, se dit qu'une belle occasion se présentait à lui.
Il s'assit et adressant à Ysengrin un regard triste et larmoyant lui répondit :

-Ah mon pauvre Ysengrin... Noble  touché par le récit de mes aventures m'a envoyé auprès du peuple pour  que je leur narre mes récits. Il veut que ma vie serve d'exemple à d'autres qui désespèrent.... Mais je suis bien épuisé. Mon voyage m'a déjà affaibli et je ne sais pas comment rendre à tous et partout mon témoignage.

Ysengrin s'assit à ses côtés, tendit le museau vers le ciel et réfléchit.

- Mais bien sûr que si Renart! Il faut absolument écrire ton récit et ainsi, envoyant des messagers aux quatre coins du pays porter ton recueil, tu n'auras plus à bouger et ton histoire sera connu de tous. Et j'en parlerai à  tous mes amis de la forêt!

Renart pétillant de malice glissa mielleusement:

-Oui mais... comment le ferais-je? Je ne sais comment m'y prendre. Je ne sais pas écrire aussi bien que toi! Je  me dois d'y renoncer, soupirat-til.

Ysengrin se levant prestement sur ses quatre pattes, oreilles tendues déclara :

- Mais ne t'inquiète pas, je t'aiderai! Tu peux compter sur moi! Je travaille actuellement sur quelque conte avec Tibert, mais je les abandonne pour toi!

Renart se lècha les babines à l'idée d'Ysengrin et acquiesca d'un signe de tête.  Ils scellèrent leur accord en allant boire dans une taverne pour fêter ça. Renart cherchait déjà un titre à ce recueil, assurant  Ysengrin que leur deux noms seraient enluminés sur la première page. Le recueil allait naître! Quelle belle collaboration, leur rencontre était un signe du Ciel, assura Renart!

Puis Hermeline fut mise à contribution. Renart lui racontait son récit comme il lui venait, Hermeline écrivait mot pour mot puis, confiait à Ysengrin le soin de réécrire le récit décousu, de former des phrases, d'avoir de bonnes syntaxes pour donner à l'ensemble une cohérence et de la consistance. De composer une histoire.

Ysengrin travaillait sérieusement, consciencieusement même tard le soir. Renart lui envoyait souvent de nouvelles pages qu'il faisait livrer par Baudoin et le pressait... il fallait se dépêcher de rédiger ce livre. Renart était pressé d'être lu dans le pays. Ysengrin, naïf et bon, y a passa des heures, des semaines, trois mois.

Deux fois même, il fallu tout réécrire, Noble trouvant le récit ou trop dur ou trop mou.... demanda à Renart un peu plus de nuance en ce qui concernait la vision dure qu'il avait de sa famille.
Ysengrin trouva le bon compromis et trois mois plus tard, donc, rendit le manuscrit à Renart.

Il y manquait une conclusion au récit? Ysengrin la rédigea intégralement sans souci.

Renart avoua à Ysengrin  que, submergé par l'émotion à la lecture de certains passages, il sentit quelque larme lui picoter les yeux.

Affaibli et vidé par tout ce qu'il avait donné, Ysengrin ne trouva plus d'inspiration pour son conte qui ne vit jamais le jour. Il prit quelque repos et ne fut pas étonné des agitations de Renart, confiant en sa parole. Cependant, Ysengrin ne comprenait pas non plus l'empressement de Renart, il y avait encore beaucoup à faire pour parfaire l'écriture! Il trouvait ça dommage de bâcler tant d'efforts.

Renart envoya partout des messagers porter aux grandes villes son roman. Il cherchait des copistes qui accepteraient de faire de nombreux exemplaires. Il eut beaucoup de refus. Mais au bout d'une année il y parvint....

" Le Roman de Renart"
était né.


Il était né de la rencontre de Renart et d'Ysengrin.

La nouvelle parvenue aux oreilles d'Ysengrin, ce dernier se trouva fort dépourvu de comprendre combien il avait été joué.

Renart jubilait, écumait d'orgeuil comme s'il avait pris à César  Rome, la Gaule et ses lauriers. SON roman venait d'être édité!! Avec un seul nom d'enluminé!

FIN de l'histoire

Toute ressemblance ou similitude avec des évènements et des personnes réels existants ou ayant existés ne saurait être qu'une coïncidence fortuite.

pour une info plus sérieuse que ma fable sur le Roman de Renart, c'est ici


édition du 8-2-2008
afin de tourner vraiment cette page, je ne laisse que le principal du sujet et les commentaires. J'ai volontairement supprimé la fin de mon message initial.
Le message personnel ayant été lu par la personne qu'il fallait.
Pas besoin d'aller plus loin en ce qui me concerne.


édition du 9-2

comme cette personne semble s'acharner à s'enfoncer dans le mensonge et me faire tenter de croire que j'ai toujours son amitié (elle doit vraiment en avoir un grain?)... il m'est difficile de passer encore dessus à l'instant....
Non seulement elle m'avait envoyée un mail concernant les remerciements qu'elle adresse, en guise de réponse creuse, mais elle enfonce un peu plus le clou en m'envoyant par voie postale l'ouvrage....

A ce sujet, je me suis amusée à faire un comparatif entre ce qu'elle publie sur internet et ce qu'il y a à la fin du machin.... il y a comme quelque chose en moins que ce qu'elle a voulu faire croire à tous..... un mensonge de plus.... J'avoue que... je ne m'attendais pas à tant de bassesse supplémentaire!

sur internet et dans son mail (copie du message sur ma messagerie tel quel- son honnêté l'a poussée depuis à changer son pseudo en parichat!!!) :

SOMO

à moi

afficher les détails

7 févr. (il y a 2 jours)

 

 

Un visiteur de votre blog "La Marquise de Carabas" a souhaité vous contacter via le lien 'Contactez l'auteur' présent sur votre blog.

Voici son message :

REMERCIMENT

Remerciements

Je voudrais remercier particulièrement mes parents sans lesquels je n?existerai pas et qui m?ont conduit jusqu?à l?âge adulte, pour leur patience à mon égard sans jamais douter de mes capacités.

Je remercie le Directeur d?Enfants du Mékong qui m?a fait confiance depuis ma première mission, auprès des enfants en Asie.

Sans oublier Bernard de Lavillardière présentateur sur M6 qui m?a toujours soutenu et encouragé du vivant de mon association.

Je remercie aussi mon père spirituel qui m?a réconcilié avec le dieu d?Amour et de Miséricorde, et donc avec moi-même.

Je remercie vivement une amie très chère "LAURE OU LA MARQUIZ" qui a relu patiemment chacun de mes chapitres en corrigeant les pages sans trahir mon expression.

Je voudrais pour finir remercier la providence d?avoir mit sur mon chemin une famille accueillante et pleine de joie, me permettant d?épanouir et de vérifier ce que j?avais compris auprès des enfants en Asie.

numérisation du truc édité :
remerciements

cette fois.... anonymat absolu.... mais... vu le navet... HEUREUSEMENT.

En quelques jours, je suis passée de l'agacement au ...soulagement.

Je vous remercie de nouveau pour tous ces messages reçus.... Pour moi, les choses bougent aussi.... plus que je le pensais!

Je reste à la disposition des personnes qui souhaitent en savoir plus sur l'identité et le titre de l'ouvrage d'une personne qui su si bien réduire en miette une "amitié" et les liens d'une marraine et de sa filleule au seul profit de sa seule et si dérisoire vanité humaine.

(je donne ici le mail envoyé par un éditeur en janvier 2007 je crois. C'était déjà clair et net....pour moi aussi!!

Chère .........
> Permettez-moi de vous appeler ainsi, après avoir lu le récit de votre vie,
> c'est ainsi que l'on ne peut s'empêcher de vous saluer.
> Votre parcours singulier est digne d'admiration. Je vous souhaite du fond
> du coeur d'être dorénavant comblée par Thomas, vos deux filles et vos 5
> enfants. Dieu vous bénisse en abondance tous les 9 !
> Malheureusement, je ne peux pas accepter de publier votre récit : il ne me
> semble vraiment pas abouti. Votre vie, certes, a dû être jusqu'ici
> passionnante et difficile à la fois. Mais vous n'avez pas su la transcrire
> pour en faire un livre digne d'intérêt pour tous ceux qui ne vous
> connaissent pas. Le style est beaucoup trop plat, les chapitres sans relief
> et sans rythme, trop rapides, trop allusifs.
> On n'accroche à aucun moment au récit. Il faudrait tout reprendre et le
> faire écrire par un professionnel de l'écriture. Mais je ne suis pas sûr de
> l'intérêt du résultat pour un grand public.
> J'espère sincèrement que vous ne me tiendrez pas rigueur de ma franchise,
> mais c'est par respect pour vous que je me dois d'être direct et vrai.
> Toute vie est hautement digne de respect, j'en sais quelque chose pour
> avoir longtemps vécu auprès de blessés de la vie (handicapés mentaux,
> drogués, prisonniers...). Mais toute vie ne fait pas forcément un bon
> livre. Et les meilleurs d'entre nous sont rarement ceux qui racontent leur
> vie. Dieu lui, qui voit tout, vous rendra au centuple le bien que vous avez
> fait et que vous continuerez de donner ici bas.
> Très amicalement.

Bon, je crois que cette fois c'est bon, je vais fermer à double tours cette porte sur de mauvais souvenirs et jeter la clef aux oubliettes!

(c'est idiot, je ne sais quoi faire de ça, le brûler, le jeter.... le mettre dans un coin perdu.... en aucun cas et jamais ni proche, ni ma famille ne le lira! D'autant plus, au final, je ne sais maintenant ce qui est vrai ou faux dans son truc, vu sa capacité à détourner la vérité pour s'y opposer en victime...).


Publié dans Plume d'oie

Commenter cet article

erpla 29/02/2008 10:53

je n'avais pas lu la fin de votre billet, serait il possible d'avoir le nom de l'ouvrage afin de ne pas se trompermerci d'avance!

titanie 18/02/2008 11:54

picokoa 15/02/2008 13:14

Après la "bataille" pour moi, j'espère que tu pourras garder / reconstruire un lien avec ta filleule (peut-être garder si elle n'est pas trop petite...et à même de comprendre que tu ne veux pas blesser la fille à cause de sa mère...)Je constate que rebondir fut assez rapide et je m'en réjouis d'avance pour les futurs lecteurs des contes...Avec une grande pensée, et en applaudissant le courage que tu as de ne pas en faire plus un scandale, tu aurais pu...(par contre, je veux bien aussi le titre de cet ouvrage, afin d'être sûre de l'éviter...merci d'avance)

CarlottinoBello 11/02/2008 00:37

Je ne vous lis que depuis peu, et bien que nous ayons sans doute des idees et styles de vie tres differents, je voulais juste vous dire que je vous trouve bien talentueuse, et bravo pour votre reaction pleine de dignite face a cette dame mal-intentionnee et malhonnete....Best Regards, comme on dit ici!Aline.

nimages 10/02/2008 20:03

Je lis ce post et je n'en reviens pas devant tant de bassesse, je comprends votre desarroi devant une telle attitude et vous soutiens de tout coeur.Je veux bien etre au courant du titre du livre moi aussi pour ne pas risquer de cautionner un tel acte.Bon courage.