halte spi du mardi

Publié le par carabas

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 10,11-18.

Je suis le bon pasteur, le vrai berger. Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire, lui, n'est pas le pasteur, car les brebis ne lui appartiennent pas : s'il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s'enfuit ; le loup s'en empare et les disperse. Ce berger n'est qu'un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Le Père m'aime parce que je donne ma vie pour la reprendre ensuite. Personne n'a pu me l'enlever : je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner, et le pouvoir de la reprendre : voilà le commandement que j'ai reçu de mon Père. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour :

Pape Benoît XVI
Homélie de la Messe inaugurale de son pontificat, 24/4/05 (trad. DC 2337, p. 547, copyright © Libreria Editrice Vaticana)


« Je donne ma vie pour mes brebis »


      Dans l'Orient ancien, il était d'usage que les rois se désignent eux-mêmes comme les pasteurs de leur peuple. C'était une image de leur pouvoir, une image cynique : les peuples étaient pour eux comme des brebis, dont le pasteur pouvait disposer selon son bon vouloir. Tandis que le pasteur de tous les hommes, le Dieu vivant, est devenu lui-même un agneau ; il s'est mis du côté des agneaux, de ceux qui sont méprisés et tués. C'est précisément ainsi qu'il se révèle comme le vrai pasteur : « Je suis le bon pasteur... et je donne ma vie pour mes brebis ».

      Ce n'est pas le pouvoir qui rachète, mais l'amour ! C'est là le signe de Dieu : il est lui-même amour. Combien de fois désirerions-nous que Dieu se montre plus fort ! Qu'il frappe durement, qu'il terrasse le mal et qu'il crée un monde meilleur ! Toutes les idéologies du pouvoir se justifient ainsi, justifient la destruction de ce qui s'oppose au progrès et à la libération de l'humanité. Nous souffrons pour la patience de Dieu, et nous avons néanmoins tous besoin de sa patience. Le Dieu qui est devenu agneau nous dit que le monde est sauvé par le Crucifié et non par ceux qui l'ont crucifié. Le monde est racheté par la patience de Dieu et détruit par l'impatience des hommes.

Publié dans Magnificat

Commenter cet article

alexandra 15/04/2008 18:02

Dans cette citation biblique que penser des  "autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie " et " celles là aussi il faut que je les conduisent " . C'est une référence au judaisme ? Mais actuellement cela me fait penser à Jerusalem où dans la même villle sont regroupés les lieux sacrés des trois religions monothéistes , je ne crois pas au hasard , je pense très sincérement que Dieu reconnaitra les siens et que c'est bien par l'Amour que l'on peut suivre la piste du berger ...

Euphroisine 15/04/2008 16:27

Une prière pour une femme généreuse enterrée ce matin. UDP avec erpla

carabas 15/04/2008 16:55


en up...


erpla 15/04/2008 11:42

 Seigneur, vient au secours d'une amie, et de ses deux petites filles, qui vient de perdre son mari. Aide les a ne pas sombrer dans le desespoiren udp