halte spi du mardi

Publié le par carabas

En union avec Clotilde, nous vous proposons une halte spirituelle...

Psaume 23 : Rien ne nous manque
Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages,
Il me dirige près des eaux paisibles.
Il restaure mon âme.
 
Il me conduit dans les sentiers de la justice,
à cause de son nom.
Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi :
ta houlette et ton bâton me rassurent.
 
Tu dresses devant moi une table,
en face de mes adversaires ;
tu oins d’huile ma tête,
et ma coupe déborde.
 
Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront
tous les jours de ma vie,
et j’habiterai dans la maison du Seigneur
jusqu’à la fin de mes jours.
 
(Psaume 23)

Pour de nombreux croyants à travers les âges, le psaume 23 a occupé une place de choix. La confiance paisible de cette prière, les images simples qu’elle utilise (un pré, l’eau, l’ombre, une table) pour dire comment Dieu accompagne les croyants à travers de vraies difficultés, l’ont rendu chère à beaucoup, et apte à être lue et relue à des moments très divers de la vie. Peu de prières nous paraissent aussi universelles.

L’image donnée au premier verset oriente tout l’ensemble : « Le Seigneur est mon berger, rien ne me manque. » Quelle force recèle cette affirmation ! « Rien » dit le psalmiste ! Comment est-ce possible ? nous demandons-nous. Aussitôt le texte nous plonge dans une ambiance de fraîcheur vivifiante. Le berger sait faire revivre son troupeau en le conduisant aux lieux de ressourcement. Il fait ainsi avancer ses brebis. La vie du troupeau est dans un mouvement sans cesse renouvelé, toujours repris.

Les versets suivants évoquent à deux reprises des dangers importants. C’est vrai : un berger ne soustrait pas son troupeau aux dangers, mais il le fait passer à travers. D’abord c’est une vallée sombre, où la mort ne semble pas loin. Dieu est là, affirme le psalmiste, mais dans le noir. On dirait que l’œil ne voit plus rien, mais que l’on entend seulement. Le bâton tape contre le sol, seule preuve pour les brebis que leur berger est toujours présent. Ensuite une transition abrupte : Dieu dresse une table où le croyant se trouve face à ses adversaires. L’accueil est débordant. Dieu fait en sorte qu’il ne s’agisse pas d’une confrontation mais d’une véritable fête.

Dans les derniers versets, le psalmiste se trouve sur un chemin : c’est la vie qui semble reprendre son cours « normal ». Mais au lieu d’être conduit par devant, il est comme « pressé » par derrière. Les dons de Dieu, la grâce et le bonheur, le suivent jusqu’à ce qu’il arrive à destination, à la maison même de Dieu où il pourra vivre en intimité sans fin avec lui.

- À quels événements ou situations de ma vie me font penser les images présentes dans le psaume ?

- Comment faisons-nous pour avancer au milieu des difficultés ? Comment nous laissons-nous renouveler par Dieu ?

source http://www.taize.fr

Publié dans Magnificat

Commenter cet article

aji 06/06/2008 23:58

Merci pour ce psaume, ce texte magnifique ! Voilà ma petite halte chez toi juste avant de filer me coucher, et c'est providentiel :) ! oui, jamais de hasard ! bon week-end :)!

carabas 08/06/2008 09:08


et non, point de hasard.....


sophie 23/05/2008 17:30

trop de mercis !!! je vais faire mon effet !!! je t'embrasse et tente d'appliquer cela :!!!!

sophie 21/05/2008 20:39

moi aussi j'ai été baptisé adulte a 24 ans .........et je chemine encore et encore ....je sais c'est normal ...tres interessant

carabas 21/05/2008 21:17


J'ai moi même été baptisée et fait ma première communion à 17 ans.... l'entrée de ma soeur au Carmel n'a pas été sans répercussion dans ma vie, ainsi que le scoutisme....


la fée verte 21/05/2008 16:35

Très beau psaume...Merci...pour la petite histoire (déjà dite et répétée à la Mère l'Oie), c'est un peu grâce à vous et vos haltes spi du mardi (mais pas que, quand même!) que je fais baptiser mes enfants et que petit à peti, je chemine vers mon propre baptême...Alors non, ce n'est pas inutile !

sophie 21/05/2008 14:09

bonjour Marquise ...besoin de tes connaissances avant ce dimanche..je recherche la citation exacte de ' Celui qui dit aimer Dieu et qui n'aime pas son frère est un menteur" ( st Jean) et aussi ' aimez vous les uns les autres comme je vous aime ....;" pour inscrire dans la Bible que j'offre a ma nièce dimanche pour sa petite communion ....peux tu m'aider ???? je sais que tu es bien plus calée que moi en la matière ...

carabas 21/05/2008 17:57


il me semble que la seconde est de st Jean et la première, j'ai l'impression de l'avoir lue il y a peu.... je vais voir sur des sites bibliques!
_________________________________________________________________
23 mai

1 Jean 4.20 Si quelqu'un dit:
J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un
menteur; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit,
comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas?

Jean 13.34 Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.
Jean 15.12 C'est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

trouvées ici :
http://www.lueur.org/bible/bible-chercher.php